UA-88487629-1

09/12/2016

Pour en finir avec les débats entre hommes


Dorénavant, je décline les invitations à des débats qui ne comportent pas au moins une femme parmi les intervenant-e-s. Les hommes doivent, eux aussi, s'engager pour garantir la parité en politique !

Annoncée hier sur les réseaux, cette décision simple est le fruit d'une réflexion plus globale sur les questions d'égalité. En plus de sa symbolique, ce type d'annonce peut avoir un impact important sur la parité dans les débats politiques si une majorité d'élus et de personnalités politiques adopte activement la même démarche.

Malgré des avancées générales dans le débat public des questions de parité et, plus globalement de l'égalité hommes-femmes, la situation n'évolue hélas guère ces dernières années.

Le pourcentage d'élues dans les parlements stagne en Suisse. Les partis politiques portent bien sûr une responsabilité majeure dans le choix de leurs candidat-e-s en décidant, très souvent, de ne placer que des hommes aux places éligibles et de ne pas alterner les candidates et candidats sur leurs listes électorales.
À mes yeux, l'alternance homme-femme sur les listes devrait être obligatoire. Cette mesure fait partie des mesures minimales qui doivent maintenant être prises.

 

Revenons maintenant à la composition des débats politiques. Depuis quelques années, je remarque généralement une faible présence de femmes politiques ou d'expertes aux débats auxquels je participe.

Les exemples seraient nombreux, voilà le dernier en date : dans la campagne sur la sortie par étapes du nucléaire, lors d'un débat à l'EPFL, me voilà invité à un débat face à un représentant d'EconomieSuisse et deux chercheurs du campus lausannois, tous deux experts de la question. Quatre intervenants. Aucune femme.

On pourrait penser que la présence de femmes politiques ou d'expertes dépend simplement du thème débattu. À mon avis cela n'explique pas tout. Et n'excuse en rien cette pratique, au contraire. Le problème est tant structurel que culturel, et c'est là où le bât blesse.

En effet, alors que par exemple le nombre de diplômées dans les sciences de base et les domaines dits techniques est en augmentation constante, le nombre de professeures titulaires tarde à suivre la même évolution. De même, le nombre d'élues engagées, et écoutées (médiatisées devrait-on dire) sur ces questions s'avère relativement faible.

Les débats autour des questions militaires ou de l'aménagement du territoire suivent globalement la même tendance. Tant pendant la campagne pour la fin de l'obligation de servir que celle sur l'achat des avions de combat Gripen, je n'ai participé qu'à des débats avec un ou plusieurs intervenants hommes. Pareil sur les questions de service civil, mais bien entendu l'obligation de servir appliquée seulement aux hommes peut expliquer en partie cela.

 

Il est bien sûr difficile de tirer des conclusions globales à partir de quelques dizaines d'interventions publiques « problématiques » de ce point de vue là. Je n'avance ainsi aucun chiffre, ni aucune tendance précise. Cependant, les réactions sur les réseaux sociaux montrent que ce constat est partagé par de nombreuses personnes.

La raison de ce « coup de gueule » est simple : quel message envoyons-nous aux jeunes de ce pays ?

Que les filles seraient faites pour s'occuper des questions sociales, de santé publique et du monde de la culture, pendant que les hommes débattent du sauvetage des banques, des caractéristiques des avions de combat que le pays doit se procurer ou de comment réaliser la transition énergétique ?

Très peu pour moi, cette répartition archaïque n'a aucun sens. Toutes ces questions sont importantes et concernent l'ensemble de la société. Elles doivent être réglées collectivement, selon les visions politiques et intérêts personnels de chacun, et non chapeautées par une conception paternaliste de la politique.

La question est bien sûr plus large et des objectifs doivent non seulement être fixés mais atteints à l'aide de mesures ambitieuses et contraignantes : garantir un temps de parole équitable entre hommes et femmes lors des débats, atteindre l'égalité salariale et la répartition des tâches ménagères tout comme déconstruire collectivement la société machiste dans laquelle nous vivons.

Les occasions étant hélas tellement nombreuses, nous aurons le temps d'y revenir. D'ici là, mobilisons-nous pour qu'un nombre croissant d'hommes se saisissent à bras le corps de ces questions. Face à une inégalité institutionnalisée, l'engagement de toutes et tous s'avère nécessaire.

Il ne s'agit pas de détails mais bel et bien de la société que nous montrons et allons léguer aux plus jeunes : celle du paternalisme en politique, de la violence machiste et des discriminations ou celle de l'égalité hommes-femmes, de la liberté solidaire et des rêves les plus fous. Mon choix est fait.

 

 

débat suisse.jpg
 

Commentaires

Le rôle de protecteur est un outil de manipulation efficace en politique. Les socialistes en ont fait leur cheval de bataille en invoquant la défense de minorités persécutées, qu’elles soient réelles ou fantasmées. Il est en effet plus facile de stigmatiser un oppresseur que d’aider concrètement les oppressés. Dans le cas des femmes, qui comptent pour moitié de la population de ce pays, je pense qu’elles auront toute la lucidité nécessaire et assez d’esprit critique pour ne pas se laisser enfermer dans un rôle de minorité et éviter le piège de la désinformation.

Écrit par : rabbit | 09/12/2016

Le fait de ne pas aller débattre, ce sera certes un militantisme qui vous fera du bien intellectuellement, mais pour le résultat souhaité, cela ne fonctionne que pour de grandes "vedettes".

Il serait plus efficace que vous alliez chercher vous-même une femme qui puisse vous remplacer dans le débat.
Vous aurez la satisfaction d'avoir soutenu activement une cause et marqué les esprits auprès des participant.

Écrit par : motus | 10/12/2016

"Il serait plus efficace que vous alliez chercher vous-même une femme qui puisse vous remplacer dans le débat." Merci, motus...

Écrit par : Géo | 10/12/2016

Parler et agir semblent une mamelles fort peu activée au niveau Politique
Certes on innove mais surtout au niveau langage sinon nada des nèfles !
Heureusement qu'avant le Peuple était dirigé par des hommes et non des marionnettes et qui savaient anticiper le moment présent c'est à dire organiser des service pour alléger le quotidien des habitants et non celui des administrations qui a trop d'informatique n'arrivent plus à se concentrer sur le moment présent
Etre dans le temps présent semble échapper à nombre d'élus savoir gérer maintenant c'est aussi préparer le futur et celui ci sera encore pire qu'aujourd'hui si les problèmes actuels sont laissés en jachères car trop vite réglés la plupart du temps
La situation actuelle fait penser à la mode du repas servi à l'envers spécialité Normande je crois mais à ne pas confondre avec la politique
Mélanger tous les genres revient à jouer au crabe, trois pas en avant et quatre en arrière
Et pour en revenir à plus de femmes en politique excusez du peu mais depuis qu'elles ont le droit de vote on tourne en rond comme Rondin picotin
Le Peuple attend trop des élus ce qui n'était pas à notre époque et le monde ne tournait pas plus mal ,chacun savait ce qu'il avait à faire mais c'était aussi l'époque ou les politiciens et ciennes n'imitaient pas les acteurs de théâtre
Mais il est aussi vrai qu'on avait des hommes des vrais qui ne buvaient pas du lait fruité au bisounours et des femmes qui savaient politiser au niveau famille et savaient dire NON sans jamais flancher
La politique de nos jours c'est du n'importe quoi et nous sommes nombreux à le dire haut et clair car rien ne dure excepté ce qui a été détruit et qui rendait service et qui ne pourra être recréé faute d'avoir trop de parlottes et manque de jugeotte
Depuis 2007 rien n'a changé excepté une pléthore de théoriciens
Très belle journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 10/12/2016

«Il serait plus efficace que vous alliez chercher vous-même une femme qui puisse vous remplacer dans le débat.»

Excellente idée. Vous pourriez en faire le point d'orgue de votre carrière. En effet, chaque fois que vous êtes sollicité à participer en groupe à quoi que ce soit, vous pourriez proposer un équivalent féminin à votre participation, à fin de rééquilibrage.

Tout ce qu'on peut souhaiter, c'est que par cette action vous ne vous retrouviez pas au chômage... quoique au chômage, dans votre branche, p'têtre que pour respecter la parité, faudrait vous trouver une remplaçante.

Écrit par : petard | 10/12/2016

Jeubes Verts suisses : Président : Andreas Lustenberger, Lena Frank et Ilias Panchard.

Deux hommes et une femme. Panchard - démission, Panchard - démission, Panchard - démission, Panchard - démission, Panchard - démission, Panchard - démission...

Écrit par : Géo | 10/12/2016

Plus ça va à gauche et moins il y a de femmes !

Cette manipulation n'est rien d'autre qu'électorale, c'est pour ça que le vote pour les femmes est une cassure dans le gras de la pensée islamo-chrétienne !

Écrit par : Corto | 11/12/2016

Il y avait aussi ce gouvernement de gauche bien pensante et très friande des 5 étoiles genevois et lausannois, de la par leurs proximités aux banques socialistes et ex-nationales-socialistes, je parle du gouvernement brésilien qui bien qu'il ait élu une femme à la mode "blanche" neige, avait oublié d'élire un seul ou une seule ministre de couleur, pas la moindre trace de mixité ethnique !

Ont les connait les promesses d'un monde meilleurs, on pourrait penser que les conseilleurs sont les encaisseurs !!!

Écrit par : Corto | 11/12/2016

Et à force de se comporter comme des femmes, est-ce que ces dernières auront encore la moindre place ????

Écrit par : Corto | 11/12/2016

Certes, l'approche est intéressante, mais suis plus favorable à lecture systémique de l'histoire de ces 50 dernières années. Je ne sais si Géo et Petard me suivront sur ce sentier... lumineux ?

Écrit par : rabbit | 11/12/2016

L'honnêteté voudrait que vous signaliez que cette idée n'est pas la votre, mais celle du conseiller national Cédric Wermuth et qu'elle a déjà été largement relayée par les médias alémaniques.

Écrit par : vert...u | 13/12/2016

Wermuth - démission, Wermuth - démission, Wermuth - démission...

Écrit par : Géo | 13/12/2016

Le blog est noyauté !!

Ils sont partout !!!!

Écrit par : Corto | 14/12/2016

Vous décelez aussi la présence d'extra-terrestres? J'espère qu'on va tenir jusqu'au Nouvel An chinois...

Écrit par : rabbit | 14/12/2016

Vous décelez aussi la présence d'extra-terrestres? J'espère qu'on va tenir jusqu'au Nouvel An chinois...

Écrit par : rabbit | 14/12/2016

Comment mettre en place des espaces de discussion afin de mieux manier la censure !!!

Écrit par : Corto | 14/12/2016

Et si nous regardions le monde tel qu'il est !!!

Écrit par : Corto | 15/12/2016

C'est ce que la philosophie essaie de faire depuis plus de 2'000 ans. Vous avez une nouvelle approche?

Écrit par : rabbit | 15/12/2016

Versailles : Un Syrien arrêté pour le viol d’une femme de 60 ans en Suisse

Eyad Al Arfi, 54 ans, un ancien diplomate syrien en poste à Genève (Suisse) et condamné par défaut à 13 ans de détention pour viols et actes de tortures et barbarie en 2001 par la cour d’assises locale, était recherché depuis dix-huit ans par la brigade criminelle du canton helvétique. Ironie du sort, le fugitif a été arrêté à deux pas de chez lui… Place de la Loi à Versailles.

Écrit par : Corto | 15/12/2016

Les commentaires sont fermés.