UA-88487629-1

18/03/2014

Ecopop ou le retour de Malthus

Thomas Malthus, économiste britannique, développa en son temps une analyse économique incluant les questions démographiques. Il soutient que, contrairement aux ressources qui ne croissent que linéairement, la population, elle, augmente de façon exponentielle. Ainsi, selon lui, les guerres et les épidémies ne jouant plus leur rôle de régulateurs démographiques, il convient de trouver de nouveaux moyens pour contenir l'augmentation de la population. 

À priori, la théorie malthusienne peut paraître cohérente : plus nombreux nous sommes, plus nous aurons besoin de ressources, limitées en nombre. Cependant, Malthus n'a pas tout prévu dans son analyse économique « pessimiste » : la productivité a augmenté, de nouvelles ressources ont été découvertes (charbon, pétrole) et de nouveaux moyens d'échanges ont été créés.

Ainsi, en terme de pauvreté, les prévisions de Malthus ne se vérifient pas non plus. La population est passée de 2 milliards d'habitants en 1960 à 6 milliards à l'aube de l'an 2000 alors que dans le même temps la proportion de personnes souffrant de malnutrition est passé de 66% à 14% (2 milliards en 1960, 800 millions en 2000).

Mais, vous allez me dire, pourquoi citer Malthus alors que l'histoire lui a donné tort ?
Car ses théories de limitation de l'accroissement de la population ont été officiellement appliquées dans certains pays d'Asie, comme la Chine ou le Viêt Nam. Ces essais continuent d'être décriés suite, entre autres, à leur impact négatif sur l'évolution de la proportion de femmes et d'hommes.

Malthus et sa théorie de maitrise de la croissance démographique rencontrent aussi un certain écho et sont portées en Suisse par l'association Ecopop depuis une trentaine d'années. Cette association porte les questions de démographie depuis les échecs des brunes initiatives Schwarzenbach. Leurs idées sont sur le devant de la scène suite au dépôt, en nov.2012, de l'initiative « Halte à la surpopulation- oui à la préservation durable des ressources naturelles », prochainement soumise au vote populaire.

Cette initiative défend deux mesures censées préserver les ressources naturelles. La première, dans le but de limiter l'accroissement de la population, stipule que le solde migratoire annuel ne doit plus dépasser 0.2%. Cela équivaut à diviser par cinq le nombre de personnes venant s'installer en Suisse chaque année, en passant d'environ 70'000 à 15'000 personnes.

Cette mesure prétend protéger les ressources naturelles sans toutefois oser s'attaquer au vrai problème : notre impact sur l'environnement par tête d'habitant bien trop élevé. Si chaque habitant de la Terre consommait comme un suisse moyen, il nous faudrait 3 planètes pour subvenir à nos besoins globaux. Il est question de mode de vie et de politique publique, et non d'immigration.

Si ils sont sincères, les initiants devraient aller au bout de leur raisonnement et oser demander la réduction par deux de la population présente dans notre pays. On voit bien le non-sens de leur approche qui pourtant souligne des problématiques sérieuses.

La deuxième mesure veut financer, à travers la coopération internationale, des programmes de planification familiale. Cette mesure, comme la première d'ailleurs, me choque profondément. Les initiants nous font croire que le manque de ressources serait de la responsabilité des habitants des pays du Sud et de leur démographie trop importante alors que l'impact écologique moyen y est bien plus faible qu'en Suisse.

De plus, étant actif dans la coopération internationale depuis quelques années, je peux vous dire qu'Ecopop se trompe en liant de la sorte démographie et pauvreté. Au contraire, l'accès aux soins, à l'éducation et à un minimum de confort a tendance à faire baisser le taux de fécondité.

Bref, la planification familiale n'a rien d'une solution et le budget de la coopération doit être efficacement utilisé, dans les domaines de l'éducation, de la santé ou de soutien à des projets de petites entreprises.

Selon l'association Ecopop, la solution serait simplement de limiter drastiquement l'immigration en Suisse et de contrôler la natalité des pays du Sud. Sans toucher mot des réformes nécessaires en matière d'aménagement du territoire, au niveau de la fiscalité, des milliers de nouvelles villas individuelles construites chaque année, de l'agriculture ou encore de notre consommation d'énergie encore bien trop élevée. Ces problématiques nécessitent des politiques globales et volontaristes auxquelles les Verts s'attellent depuis 30 ans. Il est bien sûr plus simple de poser un chiffre sur l'immigration et de faire croire que ces problèmes en seraient résolus.

Pour finir, les initiants veulent nous faire croire que leur initiative est une solution écologiste à la problématique des ressources et de notre impact sur l'environnement. Ils se trompent totalement et je réfute ce lien fait entre ce projet nationaliste et les mouvements se réclamant de l'écologie politique.

Historiquement, le mouvement écologiste a toujours été à la pointe de l'engagement pour la solidarité internationale et il trouve en partie son origine dans les mouvements anti-impérialistes de par le monde. Contre la guerre du Vietnam, l'invasion en Afghanistan, la répression à Pékin, la solidarité avec les peuples en lutte ou encore l'engagement pour les droits des réfugiés.

Au niveau suisse, nous nous engageons avec force pour une Suisse ouverte et solidaire, dans les parlements et dans la rue. Pour une Suisse qui ne scinde pas des familles en limitant leur regroupement. Celle qui ne menace pas les droits fondamentaux des centaines de milliers de concitoyens sans passeport à croix blanche. Celle qui se remémore les années Schwarzenbach et fera tout pour empêcher le retour de statut de saisonnier. Celle qui, enfin, reconnait la contribution essentielle et historique des immigrés au bien-être commun, à la qualité de vie et au vivre-ensemble.

Hélas, cette Suisse là est de plus en plus menacée et elle se voit, une nouvelle fois, attaquée. Il est de notre responsabilité, nous écologistes, de nous engager pour que ce projet brunâtre qui mêle malthusianisme et politique néocoloniale soit balayé démocratiquement !


Commentaires

@Monsieur Panchard Néo-malhtusiens Secte des adorateurs de la mort et vous voudriez obliger le peuple a vous imiter en tant qu'écologiste enchainé à des théories mortes depuis longtemps?
Que vous soyez idéaliste comme tout humain passant par cette phase dès la quarantaine et qui perdant peu à peu ses amis prèfère retrouver ses anciennes habitudes soit, mais vous n'avez pas reçu la couronne du Saint Sépulcre pour en obliger d'autres à vous imiter
Voyez- vous si nous on en avait obligé d'autres à ne recevoir que le strict minimum agrémenté de coups le plus souvent juste pour faire remarquer que si on avait droit à quelques égards c'était juste par bonté d'âme vu que tendresse,amour étant eux aussi de nature écologique il n'eut pas été de bon ton d'en distribuer à mauvais escient et par trop grande quantité vu que les *je t'aime* n'on jamais rempli les porte monnaies ,jamais vous n'auriez pu faire d'études
Aussi écologiquement parlant vivez notre écologie et vous apprécierez à sa juste valeur tout le confort auquel nous avons participé pour sa mise en oeuvre afin que vous et d'autres puissiez vivre autrement que des animaux enchainés à des théories qui n'avaient ni queue ni tête
lesquelles étant d'origine Hitlérienne puisque le célèbre couple d'Hygiénistes Steiner était proche ami de la machine Nazie
De toutes manières il y a un non sens dans vos rêveries de jeune adulte vous rêvez de libérer l'humain mais en lui remettant autour du cou un collier d'obligations auxquelles vous mêmes et votre génération ne pourrez jamais vous habituer sans gémir, crier ,revendiquer ce que d'autres malgré tout ont supporté sans jamais en parler à quiconque même pas en classe d'école
Un silence de plus de 60 ans sans jamais montrer leur vrai visage,parfois très proches de l'autisme et sans jamais refuser d'obéir aux ordres d'adultes ayant connu deux conflits et pour lesquels nous avions malgré tout infiniment de reconnaissance car ce qu'ils nous faisait vivre c'était pour nous aider à survivre si un 3me conflit se produisait
Et je dois admettre les remercier car grâce à eux je peux vous lire sans me mettre dans une rogne dont les murs de ma rue résonne par certains jours ,ces mur ayant enregistré les cris et plaintes d'enfant battus écologiquement puisque c'était des verges en osier
Votre écologie est celle des salons de Madame de Charrières très superficielle car trop intellectuelle
La nôtre était bien réelle.Nous nous baignions dans le lac entourés de capotes anglaises,de bandes hygiéniques de déchets alimentaire parfois de cadavres de rats ou d'oiseaux voir de sang d'animaux des boucheries environnantes ,avons marché sur des ossements de lacustres morts des siècles bien avant notre arrivée sur terre ,bu de cette eau brassée lors de tempêtes qui remuaient des tonnes d'excréments de nos aieux et vous voudriez nous obliger à vous suivre? allons allons Monsieur Panchard revoyez non pas votre grammaire mais vos utopies artificielles
Surtout que pêcheries parlant jamais nos eaux n'avaient eut autant de délicieuses perchettes à offrir aux citoyens qui eux crevaient de faim ce que vous ne pouvez connaitre car né dans le bien être et pour lequel vous devriez remercie le ciel tous les jours plutôt que vouloir en obliger d'autres à vous imiter
Ecoutez les Caraibiens qui eux aussi écologiquement parlant lavent leur vaisselle dans l'océan nourrissant ainsi les poissons de leurs restes alimentaires.Ce que scouts nous faisions en lavant nos assiettes dans le Rhône juste en dessous d'une ferme dont le purin s'égouttait pas très loin
Très belle journée ensoleillée pour vous

Écrit par : lovsmeralda | 19/03/2014

«la productivité a augmenté, de nouvelles ressources ont été découvertes (charbon, pétrole) et de nouveaux moyens d'échanges ont été créés.»

À première vue l'humanité est sauvée, elle a trouvé sa "bouffe de schistes" avec les insectes. Quand la Reine Machin ou le Prince chose s'en délecteront au déjeuner, tout ça grouillant dans un Yquem 2005… on se réjouira !

Écrit par : petard | 19/03/2014

ON est content, les Genevois vont pouvoir s'en donner à cœur joie avec la taxe au sac poubelle ,il est temps qu'eux aussi entrent dans le cercle de la nature qui s'est sauvée en voyant la rentabilité exigée de la part des citoyens.
Ce qui fait dire a certaines communes ah si vous saviez combien cette taxe rapporte , sans doute pour payer des abattages d'arbres encore en excellente santé,
la nature à bon dos et les citoyens pas idiots pour 4 sous en ont pris conscience en voyant tous les containers diparaitre sans savoir ou il leur serait possible de déposer leurs sacs poubelles
On ne savait pas qu'écologiquement parlant l'intelligence était aussi considérée comme déchet et non recyclable sinon cela se saurait depuis longtemps

Écrit par : lovsmeralda | 19/03/2014

Monsieur Panchard je tiens à rectifier une grossière erreur de ma part ayant mentionné un nom qui n'était en rien concerné par l'élimination des improductifs.De fait il s'agissait du couple Alfred Siegfried
Cette première épure d'humains objets procure de précieux renseignements qu'on peut lire dans le fascicule* Sélection Humaines* pour ceux qui encore douteraient de l'authenticité des traitements abjectes réservé à la couche sociale la plus démunie
l' Autriche elle-même gaza jusqu'au début de la guerre de 39 mais en hôpitaux psychiatriques de nombreux enfants tous ceux n'étant pas jugés conformes par les monstrueux Eugénistes ,Hygiénistes alors qu'aux USA ils étaient aussi éliminés par milliers
Comme quoi déchets objets sujets sont tous dès qu'ils ne sont plus rentables, à éliminer.Et continuer à vouloir ne pas le reconnaitre pourrait bien faire revivre pareille destinée aux handicapés de demain si personne n'intervient
Les titres ou diplômes ont souvent servi de trompe l'œil pour permettre la mise en route de nombreuses atrocités et les USA sont connus pour arroser l'Europe de rumeurs souvent plus fausses les unes que les autres , cela on le sait d'autant plus depuis 1970
Alors les plus jeunes restez Vigilents

Écrit par : lovsmeralda | 21/03/2014

Si la planète était peuplée aussi densément que la Suisse (exception faite de l'Antarctique), la population mondiale serait déjà de 26 mia d'habitants au minimum. Certes, Malthus a sous-évalué les effets positifs des progrès de la technique et des échanges. Certes, la Suisse peut échanger ses produits et services à haute valeur ajoutée contre les moyens d'entretenir sa population déjà très dense en comparaison internationale. Faut-il pour autant attendre tranquillement de vérifier à quel moment le collapsus démographique et social va se produire ou ne vaut-il pas mieux le prévenir ?
A force de ne jurer que par la croissance, la bulle démographique finira forcément par sauter à la figure des optimistes obstinés. Et Malthus pourrait bien finir par avoir raison, mais bien plus tard qu'il ne le pensait.

Écrit par : Jean-François Huguelet | 23/03/2014

Les commentaires sont fermés.