UA-88487629-1

04/02/2014

Immigration : envoyons un signal à l'UDC !


Ce dimanche, nous sommes amenés à nous prononcer sur l'initiative UDC contre l'immigration de masse. Ce texte remet en question la libre circulation des personnes et veut remettre en place le système des contingents avec l'UE, longtemps utilisé par la Suisse.

Tout au long de cette campagne, il a été question de l'économie suisse et des conséquences potentielles d'une acceptation de l'initiative. En somme, plusieurs scénarios quant à la complication de nos relations bilatérales avec l'Union Européenne sont imaginables mais il est impossible de prévoir ce futur bilatéral. 

La politique des contingents a été utilisé dans les années 1960 pour faire venir des milliers de travailleurs étrangers, principalement italiens, pour travailler sur nos chantiers ou construire nos barrages. "L'avantage" de ce système est qu'il n'était lié à aucune mesure d'accompagnement et à aucun salaire minimum. Il permettait ainsi d'embaucher à bas coûts des travailleurs saisonniers corvéables, sans aucun droit et logés dans des baraques. 

Cette initiative menace ainsi les mesures d'accompagnement alors que nous devons les renforcer. Ces mesures permettent par exemple de lutter contre le dumping en sanctionnant un employeur ne respectant pas les salaires minimaux obligatoires prévus par les CCT concernées.
De plus, l'initiative exige une limitation drastique du regroupement familial, des prestations sociales et du droit au séjour. En somme, si l'initiative est acceptée, la politique d'asile perdrait la substance qu'il lui reste. 

Je comprends les craintes quant à l'emploi, le ras-le-bol quant à la pénurie de logements ou encore la grogne face à certaines lignes CFF bondées. Sincèrement, je partage une partie d'entre elles.
Et c'est bien pour cela que je m'engagerai dans la campagne pour l'instauration d'un salaire minimum, l'un des moyens efficaces de lutte contre le dumping et pour la dignité du travail. À l'heure des scandales sur de nombreux chantiers, parfois publics, augmenter les contrôles est une nécessité absolue. 
Il nous faut aussi, au niveau des cantons et des communes, axer en priorité sur la construction de logements à loyer contrôlés et abordables. La politique doit décider de la politique du logement, pas seulement les régies immobilières !
Enfin, en matière de transports, seul accepter le projet FAIF ce dimanche aura un effet positif en investissant dans le réseau ferroviaire, ce qui n'est pas le cas de l'initiative UDC. Ces mesures concrètes sont combattues farouchement par l'UDC et la droite car il est bien plus facile, à coups de millions, de crier "gare à l'étranger" ou "laissons faire le libre marché" que d'agir. 
 
Ne tombons pas dans le piège du "vote signal", il serait plus que compliqué de revenir en arrière en cas d'acceptation. Renforçons ensemble les mesures d'accompagnement, mettons en place une véritable protection des travailleuses et des travailleurs, défendons nos services publics et osons poursuivre une politique d'aménagement du territoire crédible. La globalisation doit être bénéfique à toutes et tous, aidez-nous, par des mesures politiques, à partager ces richesses et à protéger notre environnement commun !

Le 9 février, un NON massif à l'initiative contre l'immigration de masse.

1798174_271960506293519_1829694881_n.jpg

 

02/02/2014

Gripen : Saab s'immisce dans la campagne


Il y a deux semaines, le constructeur Saab était présent à Wengen lors des courses de ski pour informer le public sur l'avion de combat Gripen. L'
avionneur suédois s'est muni d'une affiche grand format surmonté de l'inscription "Gripen E - Le jet de combat intelligent pour une défense intelligente". 

Saab se défend de faire campagne et affirme présenter "des faits et des informations sur le Gripen et la collaboration industrielle en cours avec la Suisse". Collaboration dont l'issue dépend de la décision populaire, prévue en mai prochain. Personne n'est dupe : Saab participe bel et bien à la campagne en faveur du Gripen. 

Toujours autour du ski, discipline tant populaire en Suisse, des Gripen feront une "démonstration de vol" lors des finales de Lenzerheide en mars,  soit deux mois avant la votation populaire. Simple coïncidence ou promotion publicitaire savamment orchestrée ? 

Comme l'a souligné le journal Le Temps, la presse alémanique a enquêté et a relevé que le DDPS joue les conseillers en matière de communication de Saab. L'engagement de Saab dans la campagne a été discuté lors d'une réunion et nous verrons, probablement d'ici peu, quelles seront les prochaines étapes de cette "campagne d'informations" sur le terrain. 

Saab affirme qu'il respectera les règles de notre système politique. Le problème est bien là : ce genre de pratiques ne sont que peu réglementées, surtout vis à vis des groupes étrangers. 

Politiquement parlant, ce genre de manœuvres, même si elles me dérangent, font partie du jeu. L'implication d'une entreprise étrangère dans une campagne de votation ne faisant pas partie de notre culture politique, je suis persuadé que les suissesses et les suisses y apporteront la réponse adéquate le 18 mai prochain.  
 

Rendez-vous lors de la campagne ! 

téléchargement.jpg