UA-88487629-1

22/12/2013

La Suisse doit apprendre des erreurs du passé

Le Conseil Fédéral persiste et signe. Comme prévu, Ueli Maurer se rendra bien aux JO de Sochi en février prochain, tout comme Didier Burkhalter, futur président de la Confédération, pour y représenter la Suisse. Alain Berset devrait s'y rendre également, dans le cadre des Jeux paralympiques.

Dans le même temps, Barack Obama, François Hollande ou encore Viviane Reding, vice-présidente de la commission européenne, ont annoncé qu'ils ne feront pas le déplacement de Sochi. De plus, l'administration américaine a annoncé que Billie Jean King, ancienne joueuse de tennis et militante de la cause homosexuelle, fera partie de la délégation officielle. De vrais signaux politiques sont ainsi envoyés par bon nombre d'États.

En politique, la symbolique est importante et permet de marquer l'Histoire. Au niveau de l'actualité, le fait d'ouvrir les archives suisses quelques jours après le décès de Nelson Mandela aurait eu une portée immense et aurait permis de tourner la page sur cet épisode honteux de notre histoire. Épisode ayant impliqué le sommet de l'administration, de nombreuses banques et des personnalités politiques en devenir, tels que Merz et Blocher, futurs conseillers fédéraux.

Ces décisions symboliques font cruellement défaut à la politique suisse. Cela ne nous aide pas à assumer le rôle qui devrait être le nôtre : un pays modèle, progressiste et qui assume l'héritage des Conventions dont nous sommes porteurs.

En politique, pouvoir débattre de l'Histoire de notre pays m'intéresse tout particulièrement et me semble indispensable. Lors de la campagne pour la fin de l'obligation de servir à l'automne dernier, j'ai souligné, lors de plusieurs débats, le rôle joué par notre pays lors de la 2ème Guerre Mondiale. Un affront généralisé et une fin de non-recevoir face à ce jeune de gauche osant salir l'image de la patrie s'en est suivi. 
Mon grand-père, militant socialiste, s'est retrouvé face aux mêmes non-réponses lorsqu'il servait sous les drapeaux en 1941. La situation de l'époque peut l'expliquer. Cependant, il est inadmissible qu'avec le recul historique actuel, nous ne soyons pas capables de débattre de ces événements. Les partis bourgeois continuent hélas leur travail de sape. 

Dans le domaine fiscal (entendez : secret bancaire et évasion fiscale), les mêmes questions se posent. Prendrons-nous enfin les devants ou allons-nous attendre de nous retrouver devant le fait accompli pour réagir enfin ?

Il ne suffit pas de rejeter la faute sur nos voisins, à l'économie soi-disant mal gérée et confiscatoire, pour éviter ces questionnements fondamentaux. Il nous faut remettre en question notre propre politique fiscale, où la concurrence à la baisse règne. Oser poser la question de l'évasion fiscale, celle de la spéculation sur les matières premières ou celle de l'impact environnemental et social de certaines entreprises installés, fiscalement, sur notre territoire.

À force de faire preuve d'attentisme, la Suisse se brûle de plus en plus dangereusement les doigts et laisse son image se ternir durablement. Le scandale des fonds en déshérence nous l'a bien montré, de même que notre soutien financier et économique à l'Afrique de Sud de l'Apartheid.

En politique, il est nécessaire d'être réactif : négocier, comprendre la position et les attentes des autres, faire des concessions, et anticiper le monde de demain. La politique de l'autruche ne sert qu'à retarder l'échéance du couperet et continue à faire du tort à notre pays.  
 

web_Schlumpf Botha--672x359.JPG

Rencontre entre le président sud-africain Pietr Botha et le conseiller fédéral Léon Schlumpf

Commentaires

Illias,je me marre en vous lisant.C'est beau la morale à votre âge mais souvenez vous que plus âgé vous aurez aussi des enfants ou ados qui se retourneront contre votre génération et ses propres erreurs
Vous feriez mieux de souligner ce qui pour vous comme pour d'autres vous a aidé a gravir les échelons de la vie et pour vos études
C'est toute la différence entre votre génération et d'autres qui elles sublimaient par respect en tout premier leurs anciens
Souvenez vous de l'adage la roue de la vie tourne inlassablement et pour tout le monde
Ce que vous reprochez aux anciens des plus jeunes regroupés en dictature si on continue à s'agenouiller et à s'aplatir devant ces éternels grincheux qui ne sont jamais contents du système ,eux s'en prendront à vous et les anciens tous disparus ne seront plus là pour vous épauler .
Et ne comptez pas sur les descendances non encore programmées car elles auront des écrits pour raconter l'actu présente et quand on sait l'argent gagné en étant politicien et jeunes surtout,on respecte ceux qui ont aidé a accéder à une place comme la votre et qu'on est nombreux à ne pas envier même pour tout l'or du monde
Joyeux Noel pour vous

Écrit par : lovsmeralda | 23/12/2013

Bizarre pour un jeune socialiste gaucho de vouloir se mettre sous la coupe des states d'obama! (capitaliste et dictateur pure souche)

La modialisation, c'est le bon moyen de répandre la pensée unique afin de donner les profits aux plus forts, c'est la nouvelle guerre.

Et vous en toute naïveté vous plongez tête baissée dedans. Donner encore du grain à moudre à cette mafia-dominante en baissant vos culottes courtes!

M. Maurer a raison "ce n'est pas notre rôle de donner des ordres aux autres pays!" Dès lors que l'on veut être respecté, on respecte les autres. Ils assument leurs choix et méthodes se sont leurs problèmes. D'autre part, il est très dangereux de politiser le sport (1936 et 1972) les jeux doivent rester des jeux!

Ceux qui ne veulent pas participer s'en passent mais n'imposent pas leur choix aux autres.

Bon vent, avec de telles visions vous allez récolter la tempête!

Écrit par : UlysseDesChamps | 23/12/2013

Si je comprends votre position, je ne la partage pas : la Suisse est neutre et elle le restera que vous le vouliez ou pas.

Notre pays - qui est aussi le vôtre - possède un atout dans cette neutralité qui lui permet d'accueillir des conférences importantes pour tenter de résoudre des conflits (Syrie par exemple) et cela doit l'emporter, Jeux Olympiques ou pas. MM. Hollande et Obama décident ce qu'ils veulent, cela ne regarde pas nos autorités fédérales.

Quant à relire l'histoire en permanence, vos enfants, vos petits-enfants feront la même chose : nous sommes toujours plus intelligents après, c'est bien connu.

Etes-vous sûr que vos modèles politiques sont exempts de toute contradiction, sont-ils aussi parfaits que vous le souhaitez, sont-ils capables de revisiter l'histoire comme vous tentez de le faire ?

Je vous souhaite de Joyeuses Fêtes de fin d'année et une excellente année 2014 !

Écrit par : Lise | 23/12/2013

"nous sommes toujours plus intelligents après, c'est bien connu."
Plus intelligents en sanctifiant Mandela ? Vous voulez rire ? Avez-vous réfléchi à ce qui se serait passé si la RAZ passait en mains soviétiques après l'Angola et le Mozambique ?
Pour Panchard, à tout hasard et vu le niveau : non, soviétique ne vient pas de Soweto...

Écrit par : Géo | 23/12/2013

A Geo : je ne sanctifie personne !

"Nous sommes toujours plus intelligents après, c'est bien connu" : je pense entre autre au rapport Bergier qui est et sera toujours contesté !

Écrit par : Lise | 23/12/2013

Le rapport Bergier est un rapport uniquement à charge, Bergier l'a admis lui-même. Témoignage de Jacques-Simon Eggli après le décès de Bergier. Comme il est complétement unilatéral, on ne peut dire qu'on serait plus intelligent. Tous les aspects positifs de l'action de la Suisse ont été sucrés. Voir les deux billets de Christian Favre sur "Les Observateurs".
Sur Mandela : je l'admire certainement mais j'ai de la peine avec la plupart des autres qui l'admirent; et je voudrais que certains se souviennent qu'il a partagé le prix Nobel de la paix avec de Klerk et que ce n'est pas par hasard...

Écrit par : Géo | 23/12/2013

Les commentaires sont fermés.