UA-88487629-1

19/11/2013

Ne participons plus à Frontex !

Avec les Jeunes Verts Suisse, nous avons lancé aujourd'hui à 13h une campagne visant à cesser la participation de la Suisse à l'agence européenne de surveillance des frontières Frontex.
Pour ce faire, chacun peut aller sur notre site et y envoyer une lettre à la Conseillère Fédérale Sommaruga et à Mario Gattiker, chef de l'ODM.
 

Pour participer : http://www.jeunesverts.ch/frontex/ 

C'est l'affaire de 2 minutes, partagez le lien dans vos cercles !
 

Pour une politique d'asile responsable et humaniste. 
 

--

La lettre : 

Chère Madame Sommaruga
Cher Monsieur Gattiker

Il y a quelques semaines, l'indignation suscitée par le décès tragique de centaines de réfugiés au large de Lampedusa laissait espérer un changement dans la politique d'asile de l'UE et de ses partenaires à travers le continent européen. L'espoir demeurait que les politiciennes et les politiciens de toute l'Europe se battraient finalement ensemble et, face aux tragédies sans fin, décideraient de se prononcer pour un cap libéral. Rien ne s'est passé.
La Suisse en est aussi responsable. La récente suppression des procédures d'asile aux ambassades pousse encore plus de personnes à tenter d'atteindre l'Europe par bateau pour accéder à un meilleur avenir. En plus, la Suisse participe financièrement et au niveau opérationnel au programme Frontex. Cette agence est directement responsable du fait que l'Europe devient de plus en plus clairement une forteresse.

Les méthodes utilisées par Frontex pour lutter contre les embarcations de réfugiés sont plus que douteuses. En 2008, le chef des secours de la police militaire italienne de Rome, Saverio Manozzi, déclarait à Amnesty International : « Lors de rencontres officielles […] Face aux immigrants illégaux, la défense consiste à aller à bord des bateaux afin de saisir les provisions et le carburant pour qu'ils soient obligés de continuer leur route dans ces conditions ou, et c'est mieux, de faire demi-tour. »

Cette politique occulte cependant un élément : La migration est un fait. Peu importe les lois promulguées par la Suisse ou l'UE et ses États Membres – cela ne change pas les conditions difficiles dans certaines parties du monde. Et cela nous concerne tous ! En particulier en Suisse, où nous profitons plus que d'autres pays de la globalisation économique et où, dans notre faste consommation, nous oublions parfois qu'en dehors de ce petit pays des souffrances incroyables sont courantes.
Les migrations ont toujours eu lieu et elles existeront toujours. La question est simplement : comment l'abordons-nous ?

Madame Sommaruga, Monsieur Gattiker, nous vous le demandons instamment : la Suisse ne doit plus participer à l'Europe de l'isolation. Nous avons besoin d'une globalisation qui soit bénéfique à toutes et tous, pas seulement à quelques-uns.

Ainsi, stoppez la participation tant financière qu'opérationnelle de la Suisse à Frontex. Un pays qui se réfère en permanence à sa tradition humanitaire ne peut pas collaborer main dans la main avec de telles agences.

Merci beaucoup pour votre attention et cordiales salutations

--

immigrationeurope.jpg 

Les commentaires sont fermés.