UA-88487629-1

26/02/2013

Libéralisation des horaires de travail : personne n'est dupe !

« Travailler plus pour gagner plus ! ». La formule, désormais célèbre, en a motivé plus d'un à aller voter dans l'espoir de laisser place à des fins de mois moins difficiles. Souvenez-vous, il y a six ans, en pleine campagne présidentielle française. La lutte s'annonce serrée, Nicolas Sarkozy, à l'instar de sa rivale, est prêt à tout pour l'emporter. La formule-utilisée auparavant par d'autres hommes politiques-a été l'un des éléments clés dans la campagne du candidat UMP. Elle a touché le cœur du problème de nombreux citoyens français : la baisse du pouvoir d'achat. L'idée était toute trouvée, il suffisait de défiscaliser les heures supplémentaires et de mieux les payer. Le remède aux problèmes des travailleurs français était sur la table, il leur suffisait de travailler plus pour gagner...chaque chose en son temps. La réponse ne devait venir qu'après l'élection, logique vous me direz. La réponse est arrivée, le bouclier fiscal aussi.

Par cet élément de programme, les différences de repères historiques entre la gauche et le droite française ont sautés aux yeux. L'attaque en règle contre l'héritage social des évènements de mai-juin 1968 a, pour ainsi dire, très mal passé à gauche. Faisant aussi ressortir les clivages politiques entre ses composantes (socialiste, écologiste et communiste), toutes construites, d'une façon ou d'une autre, sur un héritage des mouvements contestataires de l'époque. Mais là n'est pas la question.

Chez nous aussi, les différences politiques sont bien visibles à travers certains thèmes de société. En particulier celui de l'emploi, des conditions de travail et de la défense des acquis syndicaux. À propos des conditions de travail, une motion déposée par le conseiller national libéral genevois Christian Lüscher, un des chantres de la libéralisation à tout prix, a été acceptée par la majorité de droite du parlement et a donc amené à une modification de la loi sur le travail dans l'industrie, l'artisanat et le commerce (loi du 13 mars 1964). L'article 27, alinéa 1 a été modifié comme suit : « Les magasins des stations-service qui sont situés sur les aires des autoroutes ou le long d’axes de circulation importants fortement fréquentés par les voyageurs et dont les marchandises et les prestations répondent principalement aux besoins des voyageurs peuvent occuper des travailleurs le dimanche et la nuit. ».

Ainsi la modification concerne, apparemment, les stations-service très fréquentés et rendra rendre service à quelques voyageurs-consommateurs, aux dépens du rythme de vie des employés de ces mêmes stations. La liberté de consommer à tout moment n'est pas plus importante que la santé et la vie sociale des employés du commerce de détail. Notre pays est-il prêt à sacrifier le dimanche de congé et à généraliser le travail de nuit pour simplement palier à des facilités d'achats occasionnels ?

En lisant plus attentivement, nous remarquons que la modification ne concerne pas que les autoroutes et ouvre la voie à des libéralisations dans d'autres « cas particuliers ».Elle concernerait aussi, en cas d'échec du référendum lancée par la gauche et les syndicats (traité ci-dessous), les « axes de circulation importants ». La notion reste très vague et pourrait ouvrir la boîte de Pandore à de nouveaux élargissements des horaires d'ouverture, ce qui ne déplairait sûrement pas aux chantres de la libéralisation, bien au contraire.

En somme, la mesure risque de concerner bien plus de stations-service que ne l'affirmait Christian Lüscher lui même (5-6 stations-service concernées selon ses dires télévisés...). La « tactique du salami » utilisée ici est très clair : libéraliser les horaires de travail au fur et à mesure en faisant passer l'amère pilule petit à petit. Il est clair que leur but est d'arriver à une libéralisation plus globale, dans l'optique de toucher l'entier du commerce de détail. Les syndicats ne sont pas dupes et combattrons, avec le soutien de la gauche, chaque atteinte au droit du travail, en premier lieu dans ces domaines où les salaires sont faibles, les CCT peu solides et les conditions de travail difficiles !

Suite à l'acceptation de cette modification par l'assemblée fédérale en décembre de l'année passée, l'outil référendaire a été actionné par la gauche sous la bannière de « l'alliance pour le dimanche », nouvellement formée. L'alliance regroupe principalement le PS, les Verts, le syndicat Unia, Travail Suisse, l'Union Syndicale Suisse, l'association du personnel de la Confédération et la société suisse de médecine du travail (liste complète sur le site de l'alliance pour le dimanche).

Le référendum s'appuie sur une base de départ solide, la population Suisse ayant, dans l'immense majorité des cas, refusé les libéralisations des horaires de travail dans différents cantons. Souvent de manière très claire. Cette année encore, les citoyens suisses vont très probablement refuser cette nouvelle tentative de libéralisation des horaires d'ouverture des magasins.

Cette motion de Christian Lüscher risque d'engendrer de nombreuses conséquences néfastes. Je pense tout d'abord aux travailleurs concernés qui devront travailler de nuit et le dimanche. Revenons aussi sur l'argument, avancé par certains élus de droite, comme quoi seuls les volontaires suivront ces horaires. Il est indéniable que les gérants des stations-service imposeront ces horaires à tout leur personnel en priant les opposants de prendre la porte et, pour palier les licenciements, ils engageront ceux qui veulent travailler dans ces conditions encore plus difficiles. La mesure risque ainsi de laisser place aux licenciements abusifs.

De plus, les conditions de travail dans le commerce de détail sont déjà assez difficiles, à bien des égards : travail stressant, pression quotidienne, salaires en dessous de 4000.- pour un temps plein ainsi qu'une faible protection en cas de licenciement. J'ajouterai que cette mesure risque d'entraîner d'autres secteurs vers des horaires de nuit, tels que la sécurité, le nettoyage ou encore la livraison. Précisons aussi que cela n'augmentera bien sûr pas le pouvoir d'achat des consommateurs et ne servira qu'à favoriser les stations-service « performantes », aux conditions de travail déjà difficiles.

La réflexion doit bien sûr se faire par rapport au modèle de société que nous voulons construire ensemble. La consommation fait partie de notre vie, mais nous ne devons pas en devenir prisonniers et trop dépendants. Une société du tout « tout de suite » et à tout moment n'amènerait que des problèmes, en matière de pollution, de bruit et de conditions de travail. De plus, nous risquons de voir les (derniers) magasins de proximité déserter nos villes, au détriment des temples de la consommation, situés en périphérie des villes et accessibles seulement en voiture.

Évidemment, n'oublions pas les conséquences politiques de ces mesures. La première se cristallise par le référendum en cours (délai référendaire : 7 avril 2013) qui, une fois les signatures récoltés, sera soumis aux citoyen-ne-s, probablement à l'automne. D'un autre côté, suite à ces mesures, des libéralisations plus larges seront proposées par les partis. Cela a déjà été le cas cette année. En effet, les Verts libéraux, tout en critiquant les conséquences environnementales de l'élargissement des horaires d'ouverture des stations-service, ont proposé d'étendre la mesure à tous les commerces et services d'une superficie inférieure à 120 m2 ! Par souci de concurrence déloyale face aux petits commerces disent-ils. En sachant pertinemment, comme le gouvernement l'a mentionné, qu'une grande partie de ces commerces sont déjà exemptés de l'interdiction nocturne et dominicale. Heureusement, cette mesure a été rejetée par le Conseil Fédéral qui a souligné le caractère ciblé de ces mesures (stations-service, tourisme). Le risque principal est de voir des libéralisations exigées pour palier à une « concurrence déloyale » engendrée par de premières libéralisations. Pour contrer cette logique infernale, le référendum en cours, couplée à une campagne d'information générale, sont les seuls moyens de faire entendre la voix de la raison.

Le plus ridicule à mes yeux est le manque de courage et d'honnêteté politique de la part des adeptes du libéralisme économique. En politique, nous nous devons de défendre et de faire avancer nos idées de manière démocratique et critique. Ces élus doivent donc assumer publiquement leur dogmatisme libéral, les décisions se feront ensuite à l'aide des outils démocratiques.

Je terminerai en soulignant l'importance du référendum et de l'après votation, quelque soit l'issue référendaire. En plus du vote, nous devons rester vigilants car de nombreuses mesures risquent d'être acceptées discrètement, tels que l'ouverture plus généralisée au travail du dimanche. D'autres tentatives mesquines pour étendre la modification à tout le commerce de détail risquent d'arriver, et ceci, probablement par la porte arrière...

Certains parlementaires se veulent les grands défenseurs des droits des consommateurs à travers ces mesures. Mobilisons-nous derrière ce référendum pour combattre cette mesure et montrons que les consommateurs ne veulent pas de ces libéralisations, qui ne font que du tort au vivre-ensemble helvétique, déjà menacé par des attaques parlementaires dans le domaine de l'asile. 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


 referendum-24h-arbeit-f.jpg

12/02/2013

On ne joue pas avec la nourriture !

 

Après la crise alimentaire de 2007-2008, une ruée sur les terres arables du continent africain a eu lieu. La superficie acquise annuellement par des groupes étrangers a été multiplié par quinze, passant de 4 millions d'hectares par année entre 2000 et 2008 à plus de 60 millions pendant l'année 2009. Hélas ce phénomène s'installe et s'amplifie durablement. Ainsi, le Sud-Soudan a vendu 600'000 hectares de terres arables à une société texane en 2008, soit la superficie du canton de Berne. Que dis-je, les terres ont été bradés, à 3 centimes l'hectare, on vise le cadeau du siècle. Avec agriculture et exploitation de ressources ( bois, agrocarburants, eau) à la clé, dans un pays venant d'accéder à son indépendance sur fond de conflit quant aux ressources pétrolières.

Les pays concernés par ces ventes de terres arables et ces investissements dans les produits agricoles vont du Soudan, au Guatemala en passant par Madagascar ou le Congo. Ces contrats, malgré les promesses des groupes étrangers, ne servent que très peu les intérêts locaux. En effet, même dans le cas de terrains non-utilisés au préalable pour l'agriculture, ces groupes étrangers emploient très peu de personnel local, usent abondamment de pesticides et ne font guère attention aux réserves aquifères, souvent problématiques dans les pays de ces régions du monde, en particulier au Sahel. De plus, le contrat de « location » parle ici d'un bail long d'un siècle. Tout cela pour que cette « vente » bradée n'en soit juridiquement pas une. Mieux ne vaut pas imaginer, une fois infertiles et abandonnés, l'état des terrains et de la nappe phréatique après une si longue période d'agriculture intensive...

Les effets du changement climatique sont de plus en plus visibles. La Fonte des glaciers, les montées des océans, des températures plus élevées ou encore les dégâts dans la couche atmosphérique. Ces effets, couplées au fait que les réserves mondiales de pétroles et de gaz diminuent rapidement et à la raréfaction des nouveaux gisements, alarment la communauté internationale. Des solutions doivent être trouvées au plus vite afin d'éviter une augmentation trop catastrophique des températures terrestres. Une solution énergétique « évidente » s'est imposée et s'impose encore. Elle ne consiste ni dans un investissement important dans les transports publics, ni dans la diminution de notre dépendance aux produits pétrolifères et encore moins dans une remise en cause de nos modes de consommation. La solution consiste à remplir le réservoir de la voiture familiale avec un produit « écologique », à base de végétaux, nommé « agrocarburant ». Une belle idée, de prime abord...

Encore faut-il savoir quels végétaux sont utilisés dans la fabrication de ces carburants « d'avenir », d'où proviennent-ils et dans quels conditions sont-ils produits. Il faut préciser que, en majorité, des céréales (oui oui, celles destinées à l'alimentation, en temps normal...) sont brûlées pour produire ces carburants « verts ». Quand on sait qu'un plein de bioéthanol (50 litres) nécessite la combustion de 352 kilos de maïs, soit la consommation annuelle moyenne d'un enfant sud-américain, cet odieux green-washing a don d'en dégoûter plus d'un. Les agrocarburants, quand faire le plein devient un véritable acte criminel...

En 2008, suite à des augmentations insoutenables des prix des denrées de base (le prix du blé a par exemple doublé entre février 2007 et février 2008), des émeutes de la faim ont éclaté dans de nombreux pays. Malgré la sécheresse et l'augmentation de la consommation mondiale de viandes, ces augmentations ont, en partie, été la conséquence de spéculations sur les céréales au niveau mondial. Certaines compagnies ont maximisé leurs profits en « influençant » les prix mondiaux des matières alimentaires. De plus, certaines compagnies comme Cargill ont agi et agissent à différents niveaux sur les prix des matières agricoles. En effet, elle possède des entrepôts dans le monde entier et peut ainsi stocker de grandes quantités de riz, blé, maïs et soja lorsque le prix de vente est à la baisse. Dès que les prix augmentent, souvent à cause de la spéculation où Cargill joue aussi un rôle non négligeable, elle peut vendre ses stocks à prix d'or en utilisant son propre réseau de transport et de distribution. Un système tellement bien rodé qu'il peut paraitre irréel, et nous renvoie un parfait exemple du dit processus de la « maximisation du profit ». Pas étonnant dès lors que le chiffre d'affaires de Cargill soit parmi les plus élevés au monde, dépassant largement celui de géants sans aucuns scrupules tels que « The Coca-Cola Company » ou « McDonald's ».

Cette spéculation ayant un impact direct sur la vie de millions de personnes, elle doit cesser au plus vite. Nous devons la faire cesser, par la politique et le militantisme. Dans cette optique politique, je ne peux que vous inciter à signer et faire signer l'initiative « Stop à la spéculation » lancée par la Jeunesse Socialiste Suisse (échéance en mars 2014) qui demande l'interdiction de la spéculation sur les biens alimentaires en Suisse, ainsi qu'un engagement actif de notre pays dans la lutte au niveau mondial contre la spéculation sur les matières premières agricoles et les denrées alimentaires . C'est une étape nécessaire, et le début d'un long combat. Ce combat passera aussi par des approches latérales tels que la réduction massive du gaspillage alimentaire, sur laquelle travaillent actuellement les Jeunes Vert-e-s Suisses (Thème de campagne actuel, voir article ci-dessous, me contacter pour plus d'infos) ou par une coopération au développement axée sur la suffisance alimentaire nationale et une gestion durable des ressources locales.

Il ne serait pas honnête intellectuellement de parler de « géopolitique de la faim » sans s'attarder un instant sur la dette des pays du Sud. Là est, à mon avis, une des clés du problème. Ces pays devant des sommes colossales au Fonds Monétaire International et à la Banque Mondiale, ils se retrouvent, malgré une volonté, souvent réelle, d'investir, bloqué par le remboursement de la dette et de ses intérêts. L'exemple du Mali et de la question touareg dans la région est frappant. L'Algérie a, contrairement au Mali, développé la ville de Tamanrasset, construit des infrastructures et investi dans une université. Dans le même temps, le (Sud) Mali, croulant sous les dettes des créanciers , a progressivement abandonné le Nord du pays et, dans le même temps, les touaregs y habitant et leurs revendications sociales. Le FMI et la Banque Mondiale ont une responsabilité dans la crise malienne et la rébellion touarègue actuelle. Le développement de l'Afrique passe ainsi par une annulation, partielle ou complète, de la dette nationale des pays concernés. Une conversion de cette dette en projets de développement ou de coopération économique est aussi envisageable. L'autonomie alimentaire de ces pays passera en grande partie par un débat continental (je parle ici du continent africain) sur l'annulation de la dette, lancée en son temps par Thomas Sankara devant les délégués au congrès de l'Organisation de l'Union Africaine (Addis-Abeba, Juillet 1987).

Pour finir, la faim dans le monde doit être aussi relié à des problématiques plus globales, telles que les échanges commerciaux entre les pays du Nord et du Sud. En effet, est-il normal de continuer à utiliser l'Afrique, l'Amérique du Sud et l'Asie comme de gigantesques marchés où nous pouvons nous servir « comme à la maison » et produire nos gadgets jetables à bas prix, sans aucune responsabilité écologique et social.
Cessons enfin de cautionner le secret bancaire suisse et mondial alors que les sommes déposées illégalement par les dirigeants africains dans notre pays avoisineraient les 6 milliards de francs, soit 3 fois plus que l'aide au développement engagée par la Suisse dans ces mêmes pays...
Notre richesse ne doit plus se faire sur le dos de centaines de millions de personnes, ça n'a que trop duré !

 

------------

Gaspillage alimentaire - Jeunes Vert-e-s : Lien ici

Initiative JUSO - Spéculation alimentaire : Lien ICI


Ziegler21.jpg